L'art de dormir (pt.5) : Les différents types d'insomnie et leurs remèdes (partie 1)
Hé, champion du sommeil ! Tu as bien dormi ? Si ce n'est pas le cas, ne t'inquiète pas - attaquons de front ces problèmes de sommeil.

Introduction

De nombreuses personnes sont aux prises avec un sommeil de piètre qualité, ce qui nuit à leur moral plus qu'elles ne le croient. Et en fait, il peut s'agir simplement d'un manque d'heures passées sous la couette ou d'un peu d'insomnie. Voyons ce qu'il en est.

Ah l'insomnie... ce terme parait gros et intense, mais ce n'est pas une maladie ; il s'agit plutôt d'un ensemble de problèmes avec différents facteurs (biologique, mental et social).

 L'insomnie est un peu comme cet ami ennuyeux et collant qui n’est pas le bienvenu. En bref, c'est quand tu es au lit, mais que le marchand de sable ne se montre pas.

Le signal d'alarme ? Se sentir comme un zombie pendant la journée - épuisé, grincheux, oublieux et ne remportant aucun prix de productivité.


Voyons maintenant quels sont les types et les raisons des problèmes de sommeil.

Les 3 types d'insomnie

La première cause n'est pas vraiment de l'insomnie. Il s'agit simplement d'un manque de sommeil dû au fait que l'on se couche trop tard et que l'on ne passe pas assez de temps à dormir.

Ce n'est pas grave et il n'y a pas de problème médical, il s'agit simplement d'un problème de timing. Il n'y a qu'un seul remède à cela : se coucher plus tôt ou se lever plus tard. 

Personnellement, j'essaie de toujours régler mon réveil 8 heures après mon coucher, de cette manière je suis sûr de dormir suffisamment.

Le deuxième type c’est quand tu as du mal à t'endormir. C'est ce qu'on appelle l'insomnie d'endormissement, que nous allons décortiquer dans le prochain article.

Le dernier, c’est quand tu te réveilles pendant la nuit ou trop tôt le matin et que tu n'arrives pas à te rendormir. C'est ce qu'on appelle l'insomnie de maintien, qui sera également abordée dans l'article suivant.

Chaque type a ses particularités et remèdes, mais ne crains rien ! Tout d'abord, détermine ton problème et ses causes, puis prépare ta révolution du sommeil.

Le secret

Voici la recette secrète : avant de te lancer dans ta quête d'un meilleur sommeil, détermine ton "sweet spot", c'est-à-dire la quantité de sommeil dont tu as besoin.

Les week-ends (ou mieux encore, pendant les vacances) sont tes laboratoires d'essai. Couche-toi à une heure décente, laisse tomber le réveil et laisse la nature suivre son cours.

Oui, cela peut être difficile avec des voisins bruyants, le stress du travail ou des mini-moi qui courent partout, mais quelques essais d’expérience révéleront ton nombre magique de sommeil.

Une fois que tu as déchiffré le code du sommeil, régler le premier problème - trop peu de temps passé au pays des rêves - est un jeu d'enfant. Reste à l'affût pour la suite, où nous nous attaquerons aux deux autres ninjas du sommeil. D'ici là, dors bien, cher rêveur !


Pour bien dormir :

Your Dynamic Snippet will be displayed here... This message is displayed because you did not provided both a filter and a template to use.
L'art de dormir (pt.5) : Les différents types d'insomnie et leurs remèdes (partie 1)
Michael - Dr. en médecine du lifestyle 15 février, 2024
Partager ce poste
Archiver
Se connecter pour laisser un commentaire.
L'art de dormir (pt.4) : Un voyage dans la nuit