Principes de base de la nutrition
Aujourd’hui, je désire t’emmener dans mon propre voyage alimentaire, et te raconter comment ce dernier a drastiquement changé à la suite d’une illumination. Manger sainement… tout le monde sait qu’il faut le faire… mais comment ? Par quels moyens ? Et avec quels régimes ? Keto ? Paleo ? Vegan ? Découvre la meilleure approche pour une vie plus saine.

Le paradigme traditionnel

La méthode conventionnelle touchant notre façon de manger consiste à diversifier son alimentation en incluant les 5 portions recommandées de fruits et légumes par jour. On y ajoute des glucides à chaque repas, une quantité modérée de protéines et on évite les excès de graisses, en particulier les saturées.

En suivant cette approche, avec trois repas quotidiens et des collations intermédiaires, on est sur la bonne voie… n’est-ce pas ?

Mon expérience

Pour ma part, ma mère, passionnée de cuisine, nous préparait toujours des repas familiaux équilibrés, composés de légumes, de poissons ou de viandes et de glucides complexes tels que les pâtes, le riz et les pommes de terre. Les produits alimentaires transformés étaient rares, favorisant ainsi une nutrition plus au moins saine.


L' évolution de mon régime alimentaire

Au fil des années, j’ai conservé ce même mode d’alimentation. Cependant, j’ai ressenti le besoin de prendre des collations entre les repas, car je me sentais affamé toutes les 3-4 heures, ce qui pouvait rapidement affecter mon humeur.

Mon régime alimentaire était riche en protéines et très faible en matières grasses, croyant que c’était la clé de la forme. Mais au fond de moi, je savais que cette hygiène alimentaire n’était pas la meilleure… il devait y avoir une autre alternative.

L’illumination

De fil en aiguille, j’ai exploré une approche “nouvelle” (bien que certaines cultures la pratiquent depuis des siècles) qui, bien que controversée, semble promise à un bel avenir. Ce qui me le fait penser, ce sont les changements dans les directives de la FDA (Food and Drug Administration) en 2015, après près de 40 ans, qui ont levé les limites de consommation de graisses, contredisant ainsi leur prétendue dangerosité.

De plus en plus de personnes, dont des athlètes de renom tels que le Prof. Tim Noakes, le Dr Jeff Volek, le Dr Stephen Phinney, le Dr Phil Maffetone (pour n’en citer que quelques-uns), prônent les bienfaits du régime pauvre en glucides et riche en graisses (LCHF) depuis plus de 30 ans.

Ils furent d’abord rejetés pour avoir osé affirmer que ce sont les sucres, et non les graisses, qui sont à l’origine de l’obésité, de l’augmentation du taux de diabète et des crises cardiaques qui sévissent dans notre société moderne. Les temps ont cependant changé, et il semblerait que ces avant-gardistes avaient raison depuis le début.

Comprendre le régime LCHF

Mais alors en quoi consiste réellement le régime LCHF ? L’idée centrale est que les glucides que nous consommons déclenchent la sécrétion d’insuline, une hormone favorisant le stockage de sucre et de graisse. Cette insuline nous empêche également d’accéder à nos réserves de graisse pour les utiliser comme source d’énergie.

En privilégiant une alimentation principalement composée de graisses (75% des apports caloriques), de protéines modérées (20% des apports caloriques, car elles aussi peuvent déclencher une sécrétion d’insuline), et d’une faible quantité de glucides (environ 5% ou moins de 100g à 50g par jour), le taux d’insuline reste bas.

Ainsi, notre corps peut accéder et utiliser nos réserves de graisse comme carburant, entraînant ce que l’on appelle l’adaptation au métabolisme des graisses. L’objectif est de basculer du métabolisme glucidique vers le métabolisme lipidique.

Quant aux aliments « acceptés » dans le LCHF, en voici les principaux : les légumes, les fruits, la viande, le poisson, les œufs, les fruits à coque, les produits laitiers, ainsi que les bonnes graisses telles que l’huile d’olive, l’huile de noix de coco et le beurre.

Mon adaptation au Low-Carb High-Fat

De mon côté, l’adaptation n’a pas été facile. Le premier jour était supportable mais au deuxième jour, j’avais l’impression d’être un zombie, constamment affamé. Cependant, après 4 à 5 jours, j’ai commencé à me sentir mieux : la faim s’est estompée, et j’ai gagné en énergie. Ma digestion s’est améliorée, avec moins de ballonnements et un transit intestinal plus régulier.

Globalement, l’expérience a été positive, et j’ai choisi de persévérer.


Conclusion

Cette transition alimentaire a marqué un tournant dans ma vie. Je suis passé d’un régime traditionnel à un mode de vie low-carb high-fat, avec des bienfaits notables tels qu’une diminution de la sensation de faim fréquente, une stabilité accrue de l’énergie, et une concentration améliorée – en gros, un bien-être général totalement boosté.

Pour en savoir plus sur les bénéfices d’un régime LCHF et optimiser votre santé, reste à l’affût de nos prochains postes. Partage cet article avec tes amis pour les inspirer vers un mode de vie plus sain !

Michael

Principes de base de la nutrition
Michael - Dr. en médecine du lifestyle 25 janvier, 2024
Partager ce poste
Archiver
Se connecter pour laisser un commentaire.
Café : notre drogue bien-aimée